fbpx
 

Bien-être Culture Famille Nature Petite enfance Sciences humaines

Jouer dans la boue pour apprendre !

Par Laura · 10 août 2018 · Aucun commentaire

Ecrit par Laura

Souvenez vous lorsque vous étiez enfant. Vous passiez des heures à jouer dans les champs, dans les bois avec une branche, une feuille, vous ramassiez des cailloux pour en faire une collection ? Aujourd’hui, cependant de nombreux enfants n’ont pas accès à ces jeux, et passent plus de temps devant des écrans qu’avec la nature. Un manque qui a un impact important sur les enfants mais également sur la nature elle-même.

de moins en moins les pieds dans l’herbe

Une photo de moins en moins prise

La découverte de la nature par le jeune enfant est devenue une priorité pour les institutions de la petite enfance. En effet, des études sérieuses ont montré que plus de 39% des enfants ne jouent jamais dehors mais passent cependant plus de 3h par jour devant un écran.

Les enfants, déconnectés de la nature, la perçoivent alors comme dangereuse et inconnue. Ils sont également sujets à plus d’allergies et de maladies car ils ne développent pas leurs défenses immunitaires. Devant ce constat, les institutions encouragent les familles et les professionnels de la petite enfance à amener les enfants dans la nature ou, à défaut, à faire entrer la nature à l’intérieur, afin que chaque enfant accède à une éducation à la nature et par la nature.

Charte nationale du jeune enfant

La charte nationale du jeune enfant décrit les principes essentiels pour que les enfants grandissent sereinement en toute confiance. Celle-ci nous parle du rôle essentiel de la nature dans l’épanouissement des enfants :

« Le contact réel avec la nature est essentiel à mon développement. » Le jeune enfant prend connaissance du monde par sa sensibilité, où sont liés le corporel, le cognitif, l’affectif, l’émotionnel et le social. Etre au contact de la nature, c’est apprendre à la connaître, à l’aimer et à la respecter.

  • Les espaces naturels constituent d’excellents outils pédagogiques. Ils offrent de multiples sources de jeux, de découvertes et d’apprentissage en invitant les enfants à manipuler, partager, tâtonner et explorer.
  • La sensibilisation des enfants à la richesse et à la beauté de leur environnement naturel commence très tôt. Le contact avec les minéraux, les végétaux et les animaux est indispensable à leur épanouissement.

Accompagner leur exploration et leur observation, leurs sensations des phénomènes naturels, des rythmes et des saisons, les aide à construire leur conscience du temps, de l’espace, et du vivant dans sa globalité.

“On protège ce que l’on aime”

Connaître la nature pour mieux l’aimer

Cette citation de Pierre Rabhi illustre bien à mon sens l’un des enjeux de l’éducation à la nature. On bassine les enfants depuis la maternelle (voire même avant) jusqu’à leurs études supérieures avec le développement durable, l’écologie, l’importance de protéger la planète. Mais comment pourraient-ils avoir envie de protéger quelque chose qu’ils ne connaissent pas ? Combien d’enfants aujourd’hui ne font pas le lien entre ce qu’ils ont dans leur assiette et le légume entier quand on leur montre ?

“Quels adultes de demain voulons-nous donner à la planète ?”

Éduquer à la nature c’est faire revivre des morceaux oubliés de notre relation à celle-ci. La pédagogie à la nature fournit la base émotionnelle pour une utilisation durable de nos espaces et ressources naturelles.

En passant par la sensorialité on éveille la curiosité, la découverte et on incite à protéger et à respecter. En jouant dans la nature, ils vont apprendre à l’aimer et voudront la respecter, ils regarderont la fourmi plutôt que l’écraser, par exemple. Ils seront plus enclins à protéger et prendre soin de la fleur qu’ils ont fait pousser et arrosée régulièrement depuis l’état de graine que de celle qu’ils croisent dans les parterres de la ville. Éduquer à la nature c’est aussi apprendre aux enfants à la respecter. Leur faire découvrir la nature, c’est les mettre au cœur des actions écologiques en les rendant acteurs et en les incitant à y associer leurs familles.

Pieds nus sur les limaces pour devenir plus grand

Le contact avec la nature est pourtant essentiel au développement du jeune enfant. Les études ont montré qu’un contact régulier, si possible quotidien, avec la nature a de nombreux bienfaits pour l’enfant.

Booster les défenses !

Le lien avec la nature amène une meilleure santé physique, psychique et spirituelle !

  • Meilleures défenses immunitaires : les enfants en contact avec la nature développent, au contact de la nature, leur flore microbienne et bactérienne de la peau et de l’intestin. Ils sont ainsi moins sujets aux infections, seront moins malades et moins longtemps.
  • ils sont moins sujets aux allergies et aux affections intestinales.
  • Meilleure qualité de l’air.
  • La lumière naturelle leur offre une dose de vitamine D, essentielle à chacun.
  • Le fait de regarder l’horizon et au lointain réduit le risque de myopie.
  • Ils apprennent à maîtriser leur corps et sont donc moins sujets aux accidents et aux chutes.

Courir, sauter, ramper, grimper

Pieds nus pour mieux ressentir

La motricité fine et globale des enfants est renforcée et plus épanouie. Leurs explorations motrices sont variées et ils ont plus d’espace pour pouvoir explorer, courir, sauter, grimper, gratter,…. La nature leur offre de l’espace et de la liberté.

Ils apprennent également à connaitre leurs limites en essayant, en échouant et en recommençant. Les enfants ont besoins d’alterner entre des moments où “se poser” et des moments où “se défouler” afin de décharger l’énergie qu’ils accumulent entre eux. La nature leur offre cet espace pour évacuer en se dépensant et en criant.

Plus créatifs et réfléchis

Une étude de Barcelone a montré que les capacités de mémorisation des enfants en contact avec la nature augmente de 5 à 9% ! Les neurones se développent mieux et ils sont plus attentifs.

  • Ils se concentrent plus facilement, développent leur langage plus rapidement et celui-ci est plus complet.
  • Ils sont plus flexibles et ont une meilleure fluidité.
  • Ils ont des idées plus nombreuses et vont trouver des solutions originales à des problématiques, pour résoudre des problèmes ou encore vaincre leurs peurs.
  • Ils ont une plus grande imagination, ils explorent, manipulent, sont dans le sensoriel.

Ensemble, c’est mieux

Le fait de jouer dans la nature développe également les compétences sociales des enfants qui sont plus enclins à prendre soin des autres.

  • Les enfants en contact avec la nature développent moins de conflits avec leurs pairs et plus de solidarité.
  • Ils ont une notion de respect d’autrui, prendre soin de soi et des autres. Ils développent leur responsabilité et leur autonomie.
  • Ils prennent leur place dans le monde et acquièrent des repères temporels.
  • C’est un médiateur enfant/famille/nature.

Tous dehors !

La nature, terrain de milles découvertes et d’exploration

Éduquer à la nature c’est bien beau mais comment ? Et moi je vis en immeuble, comment faire ? Et moi je n’ai pas de forêt à coté de chez moi, je laisse tomber ? Et moi mon enfant est encore bébé, j’attends ?  J’entends vos milliers de questions d’ici !

La pédagogie par la nature offre du temps et de l’espace pour aller à la rencontre de la nature et y vivre une expérience. Elle s’adapte à tous les âges, tous les niveaux de développement et tous les besoins spécifiques. La découverte de la nature se fait par une immersion progressive, comme pour apprendre à nager ou à faire du vélo.

  • Il faut d’abord susciter l’enthousiasme de l’enfant à participer.
  • L’enfant apprend par l’expérience vécue, par les sens, par l’immersion au quotidien. Maria Montessori appelle cela le “tête, mains, cœur“. C’est pourquoi il faut favoriser l’expérience directe, l’exploration libre et apprendre par la découverte concrète.
  • Créer une ambiance permettant l’attention, la réceptivité et respectant le rythme de chaque enfant et ses émotions est essentiel. Découvrir un sens par un sens. Le laisser choisir, L’enfant est plus posé et plus attentif s’il choisit.
  • Partager ses émotions avec les enfants, verbaliser et les faire parler, échanger.
  • Découvrir quelque chose de plus global ensuite, comprendre le sens, les cycles de la nature : rentrer dans des connaissances spécifiques et des apprentissages plus précis.
  • Favoriser l’imagination et la créativité en détournant créativement : peindre avec des feuilles, peindre des coquilles de noix, faire des bateaux avec des bouts de bois,…
  • Sensibiliser à la protection de l’environnement.

Aujourd’hui tout va très vite, l’éveil à la nature c’est prendre le temps de l’instant présent, attendre que les plantes poussent, amener de la lenteur.

Quelques idées

Pour ceux qui ne peuvent pas aller courir dans la forêt ou qui n’ont pas de parc à coté de chez eux, il est possible de faire entrer la nature chez vous !  Voici quelques idées :

  • Jouer avec des cailloux, des galets : un souvenir de la plage ou de la dernière promenade au parc et vous récupérez quelques cailloux. C’est dingue tout ce qu’on peut faire avec : au soleil c’est chaud, dans le congélateur ça devient froid, on peut les empiler, les utiliser avec la pâte à modeler,…Jouer dans l’eau, un réel plaisir
  • Ramasser des fleurs, des feuilles, les faire sécher ou encore en faire un herbier. Les utiliser pour jouer avec, c’est marrant dans l’eau, ça flotte. Mais le caillou lui, il coule ! Que d’explorations à faire ! Ils peuvent même être utilisés pour peindre, pour dessiner, faire des empreintes,…
  • Découvrir les fruits, les légumes : aller acheter des fruits, des légumes, les observer, les sentir, les toucher, les découper ensuite pour faire le lien entre ce que l’enfant mange et la forme réelle. Faire une salade de fruits, de tomates,…
  • Les noix ou autres éléments naturels peuvent être utilisés pour peindre, pour faire des empreintes dans de la pâte à modeler, …
  • Les bacs à saisons ou les boites à trésors permettent de ramasser tous les éléments que la nature proche a à offrir. Ils varieront au fil des saisons et permettront de découvrir les fleurs d’hiver, d’été, … Faire du land art avec tous ces éléments.
  • Il y a bien sûr le traditionnel carré potager ou les jardinières, en appartement cela peut être le pot d’herbes aromatiques ou la fleur en pot, le bulbe que l’on fait pousser et dont on prend soin.
  • Le sable magique, ou le sable. Associés avec des coquillages, des bâtons, des feuilles, ils peuvent être source de nombreuses heures d’explorations diverses et variées.
  • Jouer dans l’eau : avec des feuilles, des cailloux, des pailles, des éclaboussures,…
  • Sortir sous la pluie, la neige, marcher dans les flaques, les feuilles mortes, bien habillés bien sûr, mais les explorations sont infinies !
  • Et évidemment, il y a le contact avec les animaux : poissons, lapins, chats, chiens,…

L’eau pour éclabousser, arroser, nourrir, rire.

Lire les articles précédents :
« Le Chat », un chef d’œuvre porté par un inoubliable duo d’acteurs

C'est en 1971 que « Le Chat », un film de Pierre Granier-Deferre, se voit porté par un duo magistral qu'est celui...

Fermer