fbpx
 

Bien-être Comprendre le quotidien Ecologie Ethique Nature Santé Sciences

Le MODH : un danger gardé sous silence

Par David · 1 avril 2019 · Aucun commentaire

Ecrit par David

Une fois n’est pas coutume, nous allons faire un peu de prévention.  Et oui, aujourd’hui nous allons parler d’une substance pouvant être extrêmement nocive pour la santé des êtres vivants tel qu’il soit. Son petit nom est assez méconnu du grand public et pourtant présente partout autour de nous. Il s’agit du Monoxyde de Dihydrogène qui est aussi connu sous d’autres noms tels qu’hydroxyde d’hydrogène, ou acide hydroxyque. Derrière c’est nom barbare se cache une substance chimique inodore, incolore, et à laquelle nous sommes tous exposés quotidiennement

Il est vrai que je n’ai pas pour habitude de véhiculer ce type d’information mais je trouve le sujet assez alarmant pour faire une exception cette fois-ci. Après des recherches poussées voici un résumé de ce que j’ai pu retrouver concernant cette molécule de MODH.

 

Monoxyde de Dihydrogène : Partout et mortel

Une substance qui se cache partout.

Bien évidement, ce ne sera pas une surprise mais cette molécule et très couramment utilisée par l’Homme et fait l’objet d’un intense lobbying. Cette molécule est notamment utilisée comme solvant et diluant par l’industrie chimique. Elle est connue pour entraîner la corrosion et la destruction de nombreux métaux. Elle se trouve aussi être utilisé en très grande quantité dans les centrales nucléaires, une partie se trouve même en contact étroit avec l’uranium afin d’aider à stabiliser la réaction. Et une grande quantité se trouve directement relâchée dans les rivières, ainsi que dans l’atmosphère

Gouvernements et armées dépensent annuellement des milliards d’euros pour le stocker et le contrôler. Le MODH peut même être utilisé dans certains protocoles de torture, des traces tendent à prouvé que c’était le cas à Guantanamo.

Avec tous ça, nous parlons d’une substance omniprésente dans notre environnement. On le retrouve en quantités substantielles dans tous les fleuves de France. Le MODH est l’origine avérée d’un grand nombre de catastrophe écologique. Il s’agit d’un puissant gaz a effet de serre que nous pouvons même retrouver jusqu’au Pole Nord. Petit point à souligner, il s’agit aussi d’un des principaux constituants des pluies acides.

On va même jusqu’à retrouver cette molécule dans l’alimentation : les surgelés, les fast-foods, mais également dans les produits bio !

Une substance nocive pour l’organisme

Il a été prouvé scientifiquement qu’une ingestion d’une petite quantité de MODH a des effets biologiques à court terme. Comme par exemple une sudation et une miction excessive. Bien que ces effets ne soient pas dramatiques pour le corps, en augmentant les doses nous pouvons voir apparaître d’autres symptômes plus graves. Bien entendu plus les doses augmentent et plus les effets s’accumulent. En effet, les symptômes passent par différent stade : les ballonnements, les nausées, les vomissements, ça peut aller jusqu’à des déséquilibres électrolytiques pouvant entraîner le coma.

Concernant sont inhalation, la molécule peut entraîner la mort par asphyxie même en très faible quantité. Un peu de chiffre, l’OMS estime à 372.000 le nombre annuel de morts liées à son inhalation accidentelle. 91% de ces morts se produisent dans les pays les moins favorisés.

Des tests in vitro ont montré que le MODH pouvait provoquer l’éclatement des cellules humaines. Nous en retrouvons dans toutes les biopsies de lésions pré-cancéreuses, et même dans les tumeurs de malades du cancer en phase terminale.

Il faut aussi souligner qu’il n’y a pas que la forme liquide du MODH qui pose problème. Un contact prolongé avec les formes gazeuses ou solide du MODH peuvent causer de graves brûlures, et entraîner des lésions des tissus.

 

 

Des actions contre le MODH déjà en cours

La malheureuse conclusion étant chaque personne qui est entrée en contact avec du MODH est morte ou va mourir. De plus il est impossible de sevrer un personne en ayant consommé sans entraîner le décès. On parle pourtant d’un produit en accès libre.

Soulignons quand même que les premières alertes on été lancées sur ces danger depuis plus de 34 ans…

N’hésitez pas à faire circuler cette information auprès de votre entourage. Une pétition faite par la société de bannissement du MODH contre cette substance est en circulation depuis plusieurs années. Celle-ci est terminé récemment mais je vous laisse le lien d’ou de même pour information :

https://www.change.org/p/organisation-mondiale-de-la-santé-pour-l-interdiction-totale-du-monoxyde-de-dihydrogène

 

La leçon du 1er avril

Voilà un petit rajout sur l’article après coup.

Il s’agit bien évidemment d’un canular. Cependant, absolument tout ce qui est expliqué dans l’article est vrai. La seul chose que j’ai fait est d’interpréter pour vous toutes les données retranscrites vous induisant probablement en erreur dans votre réflexion. Explications…

Tout d’abord, voici un schéma représentatif de la molécule de MODH :

On reconnaît un oxygène et 2 hydrogènes. Cette molécule peut aussi s’appeler H2O. Cela ne vous rappelle pas un certain liquide incolore et inodore que l’on consomme souvent ? Je me répète mais tout ce qui est dit au dessus est la stricte vérité sur l’eau.

  • L’eau est bien utilisée dans l’industrie chimique pour créer des solutions aqueuses.
  • De l’eau est bien utilisée dans les centrales nucléaires. A la différence que l’eau en contact avec l’uranium n’est pas celle qui est rejetée dans les rivières (pour ceux qui on lu mon article sur les centrales nucléaires).
  • Bien sur, l’armée s’intéresse à stocker de l’eau, il faut bien avoir des réserves.
  • Boire trop d’eau peut effectivement provoquer un grand nombre de symptômes pouvant aller jusqu’au coma.
  • Inhaler de l’eau mène malheureusement à la noyade. Le contacte avec de la vapeur et de la glace peut provoquer des lésions corporelles.

Eh oui, ce n est pas parce qu’il s’agit de faits réels que l’interprétation qui en résulte est vraie pour autant. Pour une personne voulant faire passer de faux message ou étant non qualifiée, il est malheureusement assez aisé d’orienter la pensée lorsqu’on utilise les bons termes.

Cet article est écrit pour mettre en garde. Lorsque nous lisons des articles sur internet, écoutons des émissions de radio ou regardons des reportages ou des informations à la télé, il faut toujours avoir du recul sur ce qui est dit. Surtout, ne jamais croire aveuglément ce qui est présenté est la règle d’or pour rester critique sur le monde qui nous entoure

0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x
Lire les articles précédents :
Du rétro-série avec Black Adder

Si jamais vous êtes une quiche en histoire et que vous devez passer le bac cette année, évitez à tout...

Fermer