Warning: file_get_contents(): SSL operation failed with code 1. OpenSSL Error messages: error:14090086:SSL routines:SSL3_GET_SERVER_CERTIFICATE:certificate verify failed in /homepages/6/d273574504/htdocs/ti/wp-content/plugins/wp-hummingbird/core/modules/minify/class-minify-group.php on line 1301

Warning: file_get_contents(): Failed to enable crypto in /homepages/6/d273574504/htdocs/ti/wp-content/plugins/wp-hummingbird/core/modules/minify/class-minify-group.php on line 1301

Warning: file_get_contents(https://hb.wpmucdn.com/www.the-instant.today/d34f5bfa-b427-42e6-ba36-8b0a5ed40798.css): failed to open stream: operation failed in /homepages/6/d273574504/htdocs/ti/wp-content/plugins/wp-hummingbird/core/modules/minify/class-minify-group.php on line 1301
 

Culture Culture Geek Gaming

Passez en mode “fufu” dans Thief

Par Wanda · 11 septembre 2019 · Aucun commentaire

Ecrit par Wanda

Qui vole un œuf, vole un bœuf. Et qui vole un gobelet, joue à Thief. Cette saga de jeux vidéo d’infiltration comprend quatre « épisodes », les deux premiers faisant office de références absolues en la matière. Le troisième opus fût un échec critique. Et pour le dernier ? Je vous propose de découvrir ensemble les aventures de Garrett dans le quatrième jeu sorti en février 2014 et développé par Eidos Montréal.

Garrett, roi des voleurs, a perdu la mémoire suite à un cambriolage opéré avec une copine, Erin, et qui aurait mal tourné un an auparavant. Toute l’intrigue principale consistera alors à comprendre ce qui a bien pu se passer, pourquoi, comment, où vais-je, qui suis-je, et dans quel état j’ère. Alors pour tout vous dire, si l’ambiance steampunk est superbe et immersive, l’histoire quant-à-elle est un peu foutrac et on a souvent du mal à suivre. Mais on sait que ça va pas super bien dans la Cité, dont l’air est corrompu par un fléau nommé la Grisaille et qui semble miner les habitants au plus profond d’eux-mêmes. On sait également qu’il y a un très vilain monsieur, le baron Northcrest, qui vous veut du mal, et qu’il dirige la Cité.

Non, ce n’est pas Slender Man

Pour le reste, c’est un espèce de gloubi-boulga mêlant conflit politico-médico-psychiatro-fantastique et délits en tous genres. Dommage, mais l’ambiance est là pour sauver la mise, et les quêtes annexes permettent de pas mal s’amuser à commettre tout plein de petits larcins. Personnellement, j’ai même parfois sursauté ou eu de grosses sueurs froides, notamment en croisant le chemin (ou carrément en les frôlant) de créatures au regard pas toujours tendre et aux dents un peu trop pointues.

Et la scie, Garrett?

Garrett, le roi de la grimpette

Et voici donc sans plus attendre le guide du parfait petit chapardeur. Si il y a bien une chose à savoir, c’est que vous jouez ici pour voler TOUT ce qui va passer à votre portée. Cherchez, explorez, un sou est un sou, et vous en aurez toujours besoin pour équiper et améliorer votre Garrett. Celui-ci dispose d’ailleurs d’un panel appréciable niveau outillage. Des flèches en tous genres, à cordes, à eau, à gaz, en feu, il y en a pour tous les goûts, c’est la fête de la flèche. Par contre le stock maximum est limité, et demandera de les utiliser avec parcimonie. Une difficulté superflue à mon sens, et combien de fois ne me suis-je pas sentie frustrée de ne pouvoir emprunter un passage annexe car je n’avais plus de flèche à corde en stock… Avec évidemment aucun marchand à l’horizon.

Un choix limité d’améliorations

Pour ce qui est du build, les marchands nous proposent des évolutions de matériel avec rembourrage de combinaison de cuir (cuir-cuir-moustache) ou consolidation de gourdin contre monnaie sonnante et trébuchante. Ils vendent également un objet indispensable, qui permet de démonter des grilles, à prix d’or. On appelle ça un tournevis, il me semble. Mais dans la Cité, le tournevis est apparemment un objet rare et précieux vendu uniquement au marché noir. Vous gagnez également des points de concentration au fil du levelling qui permettent de débloquer des améliorations de compétences telles que la furtivité ou le crochetage. En revanche, on regrette tout de même un éventail de choix assez sommaire, huit capacités en tout dans un jeu de cette trempe, c’est aussi léger qu’une salade verte sans sauce. Notons enfin la facilité déconcertante pour crocheter n’importe quelle serrure ou verrou, qui n’oblige à aucun moment à faire évoluer les compétences de Garrett en ce sens. Crocheter devient dans Thief aussi simple que de se curer le nez (sauf si on s’appelle Croizon, évidemment).

Le crochetage pour les nuls

La Cité du Garrett perdu

Garrett dispose également d’une capacité spéciale qui consomme de la « concentration », régénérée en mangeant du pavot (et après faut pas s’étonner s’il a des hallucination, le Garrett…), et qui lui permet de débusquer certains objets comme des portes, autrement appelées poke-portes. Et souvent, après vous être cogné à pas mal de portes factices, quand enfin vous réussirez à en ouvrir une, vous ne pourrez alors vous empêcher de crier « poke-poooorte !! attrapez-les toutes !!! ». Oui, je lis l’avenir, et alors ? La Cité est certes grande, mais donne souvent l’impression de n’être qu’un village Potemkine. Divisée en quartiers, il est souvent pénible d’y gambader et on a tôt fait de se paumer complètement pour rejoindre la prochaine quête. Je sais bien que le maître-mot de la discrétion est la patience, mais faire 50 mètres en 40 minutes est un tout petit peu trop long. De plus, le jeu est dirigiste, ce qui est très embêtant pour un jeu d’infiltration, surtout quand on pense qu’un Dishonored est sorti deux ans plus tôt.

Hardcore parkour!

Mais par certains aspects, Thief est agréable, ne serait-ce que pour son côté parkour. A la manière d’une Faith dans Mirror’s Edge, vous disposez d’un grappin pour franchir des obstacles trop hauts, glisser, vous faufiler à vive allure, grimper sur des tuyaux, etc. Vous pouvez également modifier par moment le décor pour en tirer des avantages, ou sauter sur les épaules des gardes pour leur faire un gros câlin les assommer. Le jeu propose même des séquences très très intenses de parkour où il faudra vous mettre à courir à fond de train en mode « maman je vais rater l’avion ». J’ai d’ailleurs amèrement regretté de ne pas avoir eu plus de ces séquences particulièrement grisantes. Concernant la variété du gameplay, disons qu’elle est inégale.

Un jeu sympathique pour les petits cambrioleurs en herbe

Parkour!

Certaines énigmes amusantes viennent parfois ponctuer l’exploration, ni trop compliquées ni trop simples, et tout comme les séquences de parkour, trop peu nombreuses. Le jeu se termine au final assez vite, en une trentaine d’heures sans se presser, donc nous sommes très loin des deux premiers épisodes. Ce quatrième opus « reboot » est toutefois plaisant sans casser trois pattes à un canard, et l’on passe quand même un bon moment si l’on est féru du genre, offrant quelques mécaniques de jeu intéressantes, même si parfois mal ou peu exploitées.

Points positifs

  • Le côté infiltration est plaisant
  • Une ambiance steampunk immersive et travaillée
  • Une difficulté correcte pour ce style de jeu
  • Une diversité (parfois mal exploitée) des mécanismes

Points négatifs

  • Très dirigiste
  • Histoire pas très intéressante, un peu confuse
  • Des difficultés pour se déplacer dans la Cité

Aller plus loin

Éditeur : Square Enix

Développeur : Eidos Montréal

Sorti en février 2014

Jeu solo à la 1ère personne / Genre infiltration

Plateformes : PC, PlayStation 3, PlayStation 4, Xbox 360, Xbox One

Pegi 18

Page Instant-Gaming de Thief

Page Steam de Thief

 


Warning: file_get_contents(): SSL operation failed with code 1. OpenSSL Error messages: error:14090086:SSL routines:SSL3_GET_SERVER_CERTIFICATE:certificate verify failed in /homepages/6/d273574504/htdocs/ti/wp-content/plugins/wp-hummingbird/core/modules/minify/class-minify-group.php on line 1301

Warning: file_get_contents(): Failed to enable crypto in /homepages/6/d273574504/htdocs/ti/wp-content/plugins/wp-hummingbird/core/modules/minify/class-minify-group.php on line 1301

Warning: file_get_contents(https://hb.wpmucdn.com/www.the-instant.today/d91bba44-70a9-4589-9fef-d92722984b0d.css): failed to open stream: operation failed in /homepages/6/d273574504/htdocs/ti/wp-content/plugins/wp-hummingbird/core/modules/minify/class-minify-group.php on line 1301
Lire les articles précédents :
Modeler pour créer, inventer, se développer

La pâte à modeler est un indémodable des jeux d'enfants. Chacun d'entre nous a des souvenirs de modelage et de...

Fermer