fbpx
 

Bien-être Culture Histoire Santé Sciences

Histoires de nichons Partie 1 : Soutien-gorge et corset

Par Andie · 17 juillet 2019 · Aucun commentaire

Photo by Annie Spratt on Unsplash

Ecrit par Andie

« Andie, t’as oublié de mettre un soutien-gorge » il y a de ça quelques semaines, voilà ce que m’a innocemment dit l’enfant d’une amie qui percevait mes tétons à travers mon t-shirt.

Cette remarque me fit m’interroger … sur le soutien-gorge. Depuis son invention par Herminie Cadolle, qui libéra les femmes du corset jusqu’aux études faites à son sujet qui, de manière contradictoire, remettent en question son utilité, passons en revue le soutien-gorge.

L’INVENTION D’UNE COMMUNARDE

Le "Bien-être"

Le corset “bien-être” d’Herminie Cadolle

Le soutien-gorge ou corselet-gorge voit le jour en 1889 lors de l’exposition universelle grâce à une femme : Herminie Cadolle, née Eugénie Sardon était une ouvrière corsetière française qui a participé à la commune de Paris en 1880.

Herminie Cadolle

Herminie Cadolle

 

Elle fera partie de l’union des femmes pour la défense de Paris et les soins aux blessés, mouvement se réclamant féministe.

 

Emprisonnée quelques mois suite aux événements révolutionnaires, elle fuira Paris en 1887 pour Buenos Aires (Argentine) où elle fera fortune en ouvrant une boutique de lingerie.

 

De retour à Paris en 1889 pour l’exposition universelle (pour laquelle un certain Eiffel construira une certaine tour qui portera son nom), elle y présente son invention : Le corselet-gorge. Pour libérer le corps des femmes, elle a donc l’idée de couper le corset juste au-dessous de la poitrine. Elle appellera son invention le “bien-être”.

Vous l’aurez compris, l’histoire du corset est indissociable de l’histoire du soutien-gorge.

LE CORSET

Le corset, c’est ce sous-vêtement tout droit venu de l’enfer, espèce de ceinture de chasteté spécial poitrine dont le but est d’affiner la taille, mettre en valeur les hanches et la poitrine.

Corset 20ème siècle

Corset du 20ème siècle

Dans son livre « Corset », Valerie Steele, conservatrice du Musée de la mode du Fashion Institute of Technology à New York  nous explique que le corset avait également «des connotations positives» – de statut social, auto-discipline, talent artistique, respectabilité, beauté, jeunesse et sens érotique. Le problème est que, la respectabilité, la beauté, jeunesse, le statut social, bref tous les points qu’elle cite sont des critères subjectifs qui s’inscrivent dans le moule d’une société. Ils évoluent avec les mœurs et les modes de cette dite société. Mœurs et modes qui ne sont pas systématiquement en faveur de certains sexes ou certaines classes sociales, pour ne pas dire qu’ils les méprisent.

Concernant la naissance du corset, elle est difficile à dater. « Il est souvent avancé que la corseterie commencerait dans le monde ancien – comme la Grèce antique ou la Crète minoenne ». Face à la profusion d’informations erronées, je ne m’avancerai pas à donner de fausse information mais sa naissance daterait d’à peu près vers le 16ème siècle.

les effets du corset sur la santé

Plus loin dans son livre, Mme Steele explique que bien que les effets du corset sur la santé, aient été largement exagérés, ils existent. Colleen Rudy Gau, ancienne infirmière, a conduit des expériences en 1998 dans laquelle les sujets devaient porter des reproductions de corset du 19ème siècle. « les médecins victoriens avaient raison à ce sujet. Le mouvement du diaphragme (le muscle le plus important de la respiration) est réellement empêché par les vêtements trop serrés et donc réduit son efficacité … ». Elle précise un peu plus loin qu’avec un peu de repos, un vêtement moins serré, les effets sont « limités ».

Corset

Les effets néfastes du corset

Lors de cette même étude, Gau montre également grâce aux rayons X que les corsets serrés altèrent la position des côtes et, par conséquent, la position des organes internes.

Plus tard dans son livre, Mme Steele ajoute : « Si les difformités sont présentes, il est encore nécessaire de déterminer, ET le degré de déviation par rapport à l’anatomie normale, ET l’ampleur des aberrations physiologiques ». La question posée ici est en gros dans quelle mesure les femmes peuvent-elles « prendre cher » ? Assez pour correspondre aux normes d’une société, normes pas toujours justifiées, pas trop pour pas qu’elles en crèvent…. Là est tout l’enjeu du féminisme ! Et pourquoi pas « pas du tout » ?

Judy Garland dans "Meet me in St Louis"

Judy Garland dans “Meet me in St Louis”

En 1889, grâce à Herminie Cadolle, les femmes passent du corset au « corselet-gorge » qui libère, partiellement en tout cas, le corps des femmes du corset. Aujourd’hui en 2019, je peux me permettre de ne mettre ni l’un, ni l’autre parce qu’un jour cette femme s’est demandé « pourquoi nous en imposer autant » et a ouvert la voie à celles qui se demanderont « pourquoi nous imposer tout court ». C’est une victoire !

Le soutien-gorge serait inefficace voire nocif

Photo by Pablo Heimplatz on Unsplash

C’est en 1986, avec la fédération française de ski que le professeur Jean-Denis Rouillon, médecin du sport au CHU de Besançon commence à se poser des questions quant aux effets du non port du soutien-gorge chez les skieuses qui étaient nombreuses à ne pas en porter. A l’époque, aucune étude ne traite encore du sujet.

Le soutien-gorge remis en cause

En 1997, il y a donc maintenant 22 ans, il entame son étude. Les premiers résultats sont rassemblés en 2003 dans la thèse portant sur 30 femmes de Laetitia Pierrot dont le Dr Rouillon sera le directeur de thèse. Suivie d’une deuxième thèse en 2009, portant elle sur 50 femmes pendant 3 ans. En tout, pendant 15 ans, le médecin a observé et mesuré les seins de plus de 320 femmes qui ont toutes accepté d’arrêter le soutien-gorge. Pour cette étude, il enregistrait la distance entre les deux mamelons, distance des mamelons à la base du cou et l’inclinaison de la poitrine.

Le résultat est sans appel. Pour toutes, les seins se redressent, l’exemple le plus significatif étant pour une femme dont les seins sont passés de -5 à 33° après l’arrêt  du soutien-gorge.

Le soutien-gorge : un faux ami des femmes?

Pour le docteur Rouillon, la question des bénéfices du soutien-gorge peut être posée pour plusieurs raisons. Tout d’abord, en comprimant le sein, il gênerait la bonne circulation. De plus, les muscles au-dessus de la poitrine n’étant plus sollicités, deviendraient fainéants. Résultat, des seins ont une tendance à pointer vers le bas.

Voilà maintenant plusieurs années que ces études ont été menées. Certains reportages et articles datent de 2013 et malheureusement ces résultats quant au soutien-gorge ne sont restés qu’au stade de l’hypothèse vérifiée. “Il faudrait qu’un grand centre de recherches s’en empare”. Ce qui malheureusement n’est toujours pas le cas.

 

Lire les articles précédents :
Web marketing Pourquoi votre site internet ne suffit pas
[Web marketing] Pourquoi votre site internet ne suffit pas ?

Que l'on veuille se faire contacter ou vendre sur internet, le premier réflexe est de faire un site internet. Mais...

Fermer