Warning: file_get_contents(): SSL operation failed with code 1. OpenSSL Error messages: error:14090086:SSL routines:SSL3_GET_SERVER_CERTIFICATE:certificate verify failed in /homepages/6/d273574504/htdocs/ti/wp-content/plugins/wp-hummingbird/core/modules/minify/class-minify-group.php on line 1301

Warning: file_get_contents(): Failed to enable crypto in /homepages/6/d273574504/htdocs/ti/wp-content/plugins/wp-hummingbird/core/modules/minify/class-minify-group.php on line 1301

Warning: file_get_contents(https://hb.wpmucdn.com/www.the-instant.today/d34f5bfa-b427-42e6-ba36-8b0a5ed40798.css): failed to open stream: operation failed in /homepages/6/d273574504/htdocs/ti/wp-content/plugins/wp-hummingbird/core/modules/minify/class-minify-group.php on line 1301
 

Animaux Culture Geek Gaming Musique Nature

Seasons after fall, un jeu de saisons à écouter

Par Wanda · 27 juin 2018 · Aucun commentaire

Ecrit par Wanda

Seasons after fall, développé par Swing Swing Submarine et sorti en 2016, nous offre un jeu contemplatif, à mi-chemin entre le style plate-forme et réflexion. Vous y bondirez de saison en saison sous la forme d’un renard, bercé par une bande-son tout simplement grandiose.

“S’il te plait… apprivoise-moi!”

Un “Kamé Hamé Ha” Graine/Renard

Vous êtes une petite graine dans la peau d’un renard aux grands yeux verts et remplis de curiosité, et la petite voix va vous guider tout au long de la première partie de vos péripéties au travers des saisons, elles-mêmes protégées par les Gardiens. Ainsi vous pourrez passer de l’hiver à l’été en un frétillement de moustache. « La petite graine », c’est ainsi que vous appelle la petite voix. Tout est joli, tout rose, vous pourrez bientôt faire une jolie ronde tous les deux, une fois que vous aurez récupéré les fragments des saisons. Vous ne pouvez pas lui parler, mais elle commence à se lier d’amitié avec vous, quand soudain c’est la caca, c’est la tata, c’est la catastrophe… Mais nous ne sommes pas ici pour spoiler.

Là où Seasons after fall se distingue, c’est par son ambiance relaxante, à la limite de l’enivrement. En effet, même si nous évoluons dans un jeu de plate-forme, nous n’avons aucune course contre la montre, nous ne mourons jamais vraiment. Plus d’une fois, on se surprend à changer la saison « juste pour voir ». Parce que… C’est beau. Et là, nous pouvons saluer le travail graphique. Simple, mais efficace. Nous n’avons pas affaire à un rendu qui se veut « original » sous couvert de 2D simpliste comme on en voit beaucoup dans les jeux indépendants. Ici, nous pouvons nous immerger complètement dans des décors à la fois somptueux et relaxants. La nature est là pour nous aider à progresser, pas pour nous mettre des bâtons dans les pattes. Et c’est ainsi que les saisons seront vos meilleures alliées.

Le soleil chante et les oiseaux butinent

“Au milieu de l’hiver, j’ai découvert un invincible été”

La prise en main est simple, on passe d’une saison à l’autre en deux secondes. Un seul bémol pour les mouvements du petit renard, qui visiblement n’est pas un grand sportif. Mais passons, le jeu reste malgré tout extrêmement facile à maîtriser. En changeant les saisons, vous aurez différentes possibilités d’interactions avec l’environnement. Un geyser jaillit sur le chemin, face à un obstacle infranchissable. Un petit tour de passe-passe et voilà le geyser transformé en glace, de quoi vous faire un tremplin de fortune. Une pousse d’arbre semble sortir du sol… Et à côté se trouve une plante qui pourrait bien boire de l’eau de pluie et s’étouffer avec. Ah, et bien, voilà un arrosoir improvisé. Des petites puces se gorgeront d’eau pour briser des racines, des spores feront pousser des champignons, jusqu’aux flaques faisant office de télé-porteurs, bref, le petit renard a plus d’un tour dans son sac pour passer tous les obstacles se dressant devant son museau.

“Nous aurons des châtaignes”

Il est cependant parfois dommage d’avoir assez peu, voire aucune indication sur l’endroit où se rendre pour continuer l’aventure, ce qui peut devenir frustrant, notamment dès la seconde partie du jeu. Nous noterons également que les zones sont à refaire plusieurs fois, ce qui pourra déplaire à certains. Cela dit, ayant acquis nos nouveaux pouvoirs saisonniers, nous pouvons nous amuser à changer tout le décor, conférant aux zones du début une toute autre dimension. En cela, le travail graphique est remarquable.

“Je suis là, dit la voix, sous le pommier.”

Le gros point fort du jeu est sans aucun doute sa bande-son. Non, ce n’est pas du Vivaldi à longueur de temps. Le petit studio de développement concurrence sans problème les jeux AAA en nous offrant un quatuor à cordes en guise de friandise auditive. Quatre instruments pour quatre saisons, un petit ensemble dépeignant à merveille la solitude de ce petit bout de renard. Composées par Yann Van Der Cruyssen, ces mélodies vont à ravir aux paysages tout en variété du jeu, dont les tonalités évoquent un étonnant mélange Fantasia-Studio Ghibli.

Ce soir chez Boris, c’est soirée disco

Et pour couronner le tout, nos aventures sont également rythmées par des voix-off aussi charismatiques qu’un bandana sur Chuck Norris. On saluera donc les prestations d’Adeline Chetail (Kiki la petite sorcière, Arietty, Nausicäa de la vallée du vent, Les enfants loups, etc.) et de Vincent Grass (pour ce monsieur, la liste est bien trop longue, mais pour ceux qui ont vu le Seigneur des Anneaux, c’est la voix française de Gimli). On sent ces personnages évoluer autour de nous, discuter parfois entre eux, se disputer, se réconcilier, parler de nous, s’immiscer dans nos aventures, les vivre en même temps que nous.

Un jeu bien “goupilé”

La vie en rose

Enfin, Seasons after fall mérite qu’on s’y attarde. Malgré quelques longueurs dus aux allers-retours entre les zones pour débloquer la suite de l’histoire, ou des indications qui seraient quelquefois bienvenues, notamment pour savoir où se rendre, ce jeu offre un bon moment. Apaisant, contemplatif, poétique, il est aussi doux qu’un bol de petits oursons chocolat-guimauve à l’heure du goûter. Il ne propose malheureusement pas un nombre incalculable d’heures de jeu, et son côté « scripté» en fait un jeu sur lequel on ne revient pas constamment. Il faudra compter environ six heures pour le terminer si vous êtes PGM dans l’âme, dix heures si, comme moi, vous possédez des pattes de koala en guise de mains. Mais une fois le nez dedans, il se peut très bien que vous passiez justement dix heures non-stop à tout explorer… Sans même vous en rendre compte. Après tout, tout est relatif, comme votre faculté à changer de saison d’un coup de coussinet.

Points positifs

  • La cohérence entre les graphismes, la bande-son et le scénario
  • La musique avec des compositions originales travaillées
  • Les voix-offs vivantes et bien présentes
  • L’originalité du gameplay avec son système de changement de saisons
  • Facile à prendre en main
  • Des personnages attachants, une histoire adorable sans être neuneu
  • Des interactions intéressantes avec le décor

Points Négatifs

  • Petite durée de jeu, pas plus de dix heures, mais vu le prix et la qualité du jeu ça les vaut largement
  • Des moments de flou où on ne sait pas où aller dès la seconde moitié du jeu
  • Il faut refaire les mêmes zones pour débloquer la suite de l’histoire
  • Des mouvements pas toujours très fluides pour le renard

Aller plus loin

Plateformes PC, PS4, Xbox One

Jeu solo

Disponible sur le site officiel en téléchargement uniquement, toutes plateformes : Boutique de Seasons After Fall

Disponible sur Steam (pour PC) : Seasons After Fall sur Steam


Warning: file_get_contents(): SSL operation failed with code 1. OpenSSL Error messages: error:14090086:SSL routines:SSL3_GET_SERVER_CERTIFICATE:certificate verify failed in /homepages/6/d273574504/htdocs/ti/wp-content/plugins/wp-hummingbird/core/modules/minify/class-minify-group.php on line 1301

Warning: file_get_contents(): Failed to enable crypto in /homepages/6/d273574504/htdocs/ti/wp-content/plugins/wp-hummingbird/core/modules/minify/class-minify-group.php on line 1301

Warning: file_get_contents(https://hb.wpmucdn.com/www.the-instant.today/d91bba44-70a9-4589-9fef-d92722984b0d.css): failed to open stream: operation failed in /homepages/6/d273574504/htdocs/ti/wp-content/plugins/wp-hummingbird/core/modules/minify/class-minify-group.php on line 1301
Lire les articles précédents :
Le goût des merveilles : envie d’un peu de douceur ? Laissez-vous charmer, par cette fantaisie très émouvante

Le goût des merveilles, film français d'Eric Besnard, nous conte la rencontre d'une agricultrice en difficultés et d'un homme qui...

Fermer