fbpx
 

Cinéma Culture

« The Guilty », un huis-clos auditif

Par Ian · 19 septembre 2018 · Aucun commentaire

Ecrit par Ian

« The Guilty » est le premier long métrage du jeune réalisateur danois Gustav Möller. Sorti dans les salles françaises au cœur de l’été 2018, « The Guilty » est un thriller qui fait le pari de faire naître le suspense non pas devant vos yeux mais dans le creux de votre oreille. Ouvrez vos esgourdes et direction Copenhague !

Police, j’écoute

« Hej du » (« Bonjour vous » en danois). Source : AlloCiné

Un soir pluvieux, Asger Holm (Jakob Cedergren), policier affecté malgré lui au standard de police secours à Copenhague, reçoit l’appel d’une femme prétendant avoir été kidnappée. Tentant d’obtenir sa localisation, la communication s’interrompt brutalement. Toute l’intrigue réside en cela : les tentatives d’Asger Holm pour retrouver cette femme à l’aide d’un simple téléphone.

Le tour de force de Gustav Möller réside dans la mise en tension de cette situation relativement simple. Devant « The Guilty », nous sommes moins spectateurs qu’auditeurs : il n’y a pour ainsi dire rien à voir mais tout à entendre. Le film nous invite à une véritable plongée dans l’espace sonore, à une immersion dans l’auditif. Les plans resserrés sur le visage du héros sont là pour mieux laisser la place à ce qui importe vraiment : ce que l’on ne voit pas. Chuchotements, clapotis de la pluie sur les vitres, bruit d’essuie-glaces… Tout paraît lointain et n’est que suggéré. Et pourtant l’essentiel est là : dans ces événements se déroulant au loin et qui ne sont qu’entendus. C’est à l’imagination de chacun de faire le reste.

L’Holm de la situation

« The Guilty » est le travail d’une tension : tension entre des faits qui paraissent lointains mais qui dans le même temps semblent extrêmement proches puisqu’ils surviennent au creux même de notre oreille. Et il n’y a pas d’issue possible. Nous sommes seuls avec Asger Holm. Seuls pour résoudre une tragédie qui se déroule à la fois là-bas et ici. « The Guilty » est un huis-clos mais un huis-clos qui prend l’eau : celle du dehors et que l’on ne fait qu’entendre.

« Il n’y a que moi qui bosse ici ou quoi ? ». Source : IMDB

D’où aussi ce sentiment d’impuissance qui innerve tout le film : l’essentiel est ailleurs et Asger Holm est rivé à son poste, dans l’impossibilité physique d’intervenir comme le Jeff d’un « Fenêtre sur cour ». A cela se rajoutent la nonchalance des collègues et les contraintes d’un règlement qui limite le champ d’action du héros. Alors le justicier se substitue à la justice : le héros ne pourra qu’outrepasser le strict cadre du règlement.

« C’est pas ma faute à moi »

On le comprend rapidement : Asger Holm n’a pas sa place à ce poste qui est en réalité une punition pour une faute professionnelle qu’il aurait commis. La faute. Cette notion sous-tend toute l’intrigue : le héros a fauté. Ce n’est que tardivement que le spectateur-auditeur en saura plus sur ce « péché originel » qui pourrait être à l’origine du comportement du héros. Sauveur à la recherche du salut ? La scène finale laisse peu de doute. Mais pour cela il faudra éviter les serpents et leur tentation. Et Dieu sait qu’ils sont nombreux au Danemark.

0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x
Read previous post:
Jain nouvel album Souldier
Jain, guerrière de la pop dans son album Souldier

Le nouvel album de Jain, Souldier, est sorti cet été, pour le plus grand plaisir de nos oreilles. L'album reprend...

Close