fbpx
 

Cinéma Culture

“Mean Dreams”, un film qui aura mis du temps à nous parvenir

Par Teddy · 6 février 2019 · Aucun commentaire

Ecrit par Teddy

“Mean Dreams”, film de Nathan Morlando, sorti en 2016 au Canada et en 2018 en France. Jonas, un jeune adolescent, voit sa vie bousculée par l’arrivée de Casey, dont il tombe amoureux, et de son père, un policier véreux et violent. Des rôles portés avec brio par un trio d’acteurs remarquables, dont le regretté Bill Paxton. Nathan Morlando, un nom à retenir absolument!

Nathan Morlando. Source Allociné.

Source Allociné.

Après “Edwin Boyd “, son premier film sorti en 2011 (sorti en VOD en 2017 chez nous), Nathan Morlando revient cette année avec une très belle surprise qui porte le doux nom de “Mean Dreams“, un film qui ne sera sans rappeler le chef d’œuvre de Terence MalikLa balade sauvage“.

Avec ce deuxième film, Nathan Morlando oscille entre le thriller et le drame et nous offre une cavalcade captivante et envoûtante au Canada. Doté d’une photographie superbe et d’un scénario tout aussi superbe qui se laisse envahir avec autant de tensions que de tendresse, on ressort de “Mean Dreams” conquis.

Une course-poursuite pour nos deux adolescents

Jonas est un ado qui travaille dans la ferme de ses parents. Sa vie est très loin d’être trépidante, jusqu’au jour où Jonas fait la connaissance de Casey, sa nouvelle voisine. Entre les deux adolescents, le courant passe immédiatement, mais leur histoire naissante est vite interrompue par le père de Casey.

Un film violent et imprévisible

Sophie Nelisse et Josh Wiggins. Source Allociné.

Un soir, par un malheureux concours de circonstances, Jonas se retrouve témoin de faits qu’il n’aurait jamais dû voir. Dérobant quelque chose au père de Casey, Jonas doit maintenant fuir avec la jeune fille pour leur sécurité. Une fuite aussi difficile que belle.

Un film beau et dur à la fois, qui propose autre chose, ce qui fait du bien

Josh Wiggins et Sophie Nelisse. Source Allociné.

Si le gros cinéma hollywoodien a tendance à tourner en rond, ne voyant plus que par les films de super-héros, les blockbusters ou les reboots et les remakes, le cinéma canadien quant à lui se porte à merveille et en voici encore une très jolie preuve avec “Mean Dreams“, un film d’une tension, d’un romantisme et d’un drame absolu.

Avec ce film, Nathan Morlando se lance dans un thriller sombre qui a une sacrée belle gueule. Sur un scénario minimaliste, le réalisateur arrive à tirer un film âpre et envoûtant qui saura autant tenir son spectateur en haleine, qu’il saura l’emporter et le toucher.  Et quand on ressort de “Mean Dreams“, on se sent bien. On a la sensation géniale d’avoir découvert de l’excellent cinéma et surtout un nom à suivre, celui de Nathan Morlando .

un film plein de rebondissements

Mean Dreams“, comme je le disais donc, c’est un scénario très bien écrit et pensé. “Mean Dreams“, c’est un film cohérent qui nous emporte dans une belle cavale à travers des décors et des paysages de toute beauté. Doté de très bonnes idées, Nathan Morlando offre en permanence quelque chose d’intéressant à suivre. Que ce soit cette cavale en elle-même, et les rebondissements qu’elle entraîne, ou les thèmes et les réflexions que le film offre, Nathan Morlando a très bien su gérer son film, oscillant entre le suspens et les émotions. Car oui, “Mean Dreams“, c’est aussi un film où les émotions sont à fleur de peau. C’est un film naïf, qui joue sur l’instinct de survie. L’intrigue de “Mean Dreams” est une petite bombe qu’on adore.

Josh Wiggins et Bill Paxton. Source Allociné.

En plus d’être bien écrit, “Mean Dreams” est aussi un film qui a beaucoup d’allure, de gueule, comme on dit. C’est un film qui démontre l’envie d’un réalisateur d’offrir quelque chose qui marque son spectateur et ça, sans tomber dans le piège du sensationnalisme, ou du glauque ou de la violence gratuite. Non “Mean Dreams“, malgré qu’il soit un drame sombre, garde quelque chose de très lumineux. “Mean Dreams” est un film en permanence positif, même dans les moments les plus durs, et c’est ça qui fait du bien quand on le regarde, et surtout qu’on en ressort.

Une mise en scène sublime et prometteuse pour Nathan Morlando

La mise en scène de Nathan Morlando est superbe. Le réalisateur, pour nous raconter son histoire, a fait le choix de varier les plaisirs. Ainsi “Mean Dreams” peut être d’une superbe poésie et la scène suivante d’une tension palpable. On aura même le droit à quelque chose qui nous remue, que ce soit visuellement, mais aussi psychologiquement. On remarquera aussi le travail tout simplement splendide de Steve Cosens pour la photographie, et le travail tout aussi splendide de Son Lux qui s’occupe de la BO.

Un dernier film avec le regretté Bill Paxton

Bill Paxton et Sophie Nelisse. Source Allociné.

Enfin “Mean Dreams“, c’est deux plaisirs supplémentaires. Premièrement celui de retrouver Bill Paxton dans l’un de ses derniers rôles, celui d’une véritable pourriture. Ce qui, autant le dire, lui va à merveille. L’acteur n’avait pas été aussi bon et présent depuis une éternité et c’est un vrai plaisir de le retrouver ainsi. Deuxièmement, c’est la découverte de deux jeunes talents qui marquent par leur présence tout le film. Deux talents renversants, captivants et passionnants dans leur personnage. Ces deux talents, ce sont la jeune Sophie Nélisse et Josh Wiggins qui portent les trois-quarts du film, pour ne pas dire tout le film sur leurs épaules, puisque ce sont eux que l’on suit en permanence et jusqu’au bout.

Josh Wiggins et Sophie Nelisse. Source Allociné.

Mean Dreams” est donc l’excellente surprise qu’on n’attendait pas. C’est un film beau et fort qui nous présente tout un tas de nouveaux talents. “Mean Dreams” est un plaisir à suivre, on rit, on est touché, on craint, on est transporté, on est ému pour ces deux personnages qui n’avaient rien demandé. Bref, “Mean Dreams” est la petite bombe que je vous incite à voir, car en plus de découvrir des talents géniaux, vous ne regrettez pas d’être entré dans cette histoire.

Aller plus loin

Mean Dreams est disponible chez Amazon

Lire les articles précédents :
Coincoin et les Z’inhumains : Du X-Files dans les Hauts-de-France

En 2014 est diffusée sur Arte la série P'tit Quinquin. Quatre ans plus tard, le réalisateur Bruno Dumont remet le...

Fermer