fbpx
 

Cinéma Culture

Guillaume Senez est de retour avec « Nos Batailles »… pour un flop

Par Teddy · 2 octobre 2018 · Aucun commentaire

Ecrit par Teddy

L’une des sorties attendues de ce mois d’octobre 2018 du côté du cinéma d’auteur, c’est le nouveau de Guillaume Senez. Il faut dire qu’après « Keeper » le réalisateur nous revient avec un sujet qui nous faire saliver, mais malheureusement, « Nos Batailles » est bien loin du niveau de son premier film.

Guillaume Senez Source Allociné.

Il y a deux ans de cela, Guillaume Senez débarquait sur les grands écrans avec un petit film sublime, « Keeper« . Sorti dans peu de salles et finalement passé inaperçu ce premier long métrage pour le réalisateur belge avait été un joli défi, puisqu’il avait décidé d’aborder la parentalité chez les adolescents. Le film était aussi beau que pudique et émouvant. Et avec un tel coup d’éclat, on attendait le prochain film de Guillaume Senez avec curiosité et impatience.

« Nos Batailles »: une vraie déception

Source Allociné

On l’a donc attendu et le voici. Il s’appelle « Nos Batailles« , il est porté par Romain Duris et il aborde un joli sujet. Sur le papier ou encore dans sa première bande-annonce, « Nos Batailles » avait de quoi faire chavirer nos cœurs.

À l’image, le spectacle est malheureusement tout autre. Confus, trop riche, préfabriqué, « Nos Batailles » a bien du mal à convaincre et c’est avec la plus grande des déceptions, qu’on quitte le film ennuyé d’une part et de l’autre sans avoir compris de quoi il voulait vraiment parler, tant il ne sait choisir entre ses deux sujets principaux. Dommage.

Un scénario confus

Olivier est un syndicaliste convaincu qui offre bien trop de temps à son travail. Marié et heureux en mariage, il est père de deux enfants. Un jour, sans prévenir, sa femme Laura quitte le domicile familial sans laisser d’adresse. Dès lors, Olivier doit concilier vie de famille et son travail dans une entreprise qui fait bien peu de cadeaux …

deux films en un seul

« Nos batailles« , tout est dans le titre. Pour son deuxième film Guillaume Senez a décidé de faire un film sur un homme que la vie va malmener sur plusieurs fronts. Dans l’idée « Nos batailles » est un film intéressant, et même cohérent face au premier film de Guillaume Senez. Mais à l’image cette cohérence disparaît quelque peu pour laisser place à un film bien trop riche qui, à force de vouloir aborder tel ou tel sujet, finit par s’enliser et l’on ne comprendra pas très bien où le réalisateur voudra en venir.

Romain Duris, Lena Girard Voss, Basile Grunberger. Source Allociné

D’un côté, il y a cet abandon de famille et toutes les conséquences qui vont avec. En plus de la question du pourquoi, le réalisateur met en scène ces vies chamboulées qui se mettent presque entre parenthèses. Ces vies qu’il faut désormais reconstruire avec un membre en moins. Puis de l’autre, Guillaume Senez aborde l’entreprise, sa dureté, son injustice et les combats de ses syndicalistes pour de meilleures conditions.

Les problèmes s’accumulent

D’un côté comme de l’autre, les deux sujets sont intéressants, et dire qu’ils ne sont pas bien mis en scène par le réalisateur serait mentir. Mais finalement, à force de passer d’un propos à l’autre, la seule impression qu’il en ressort est que cela aurait fait deux bons films distincts. Guillaume Senez veut aborder trop de choses à la fois (dans « Nos batailles« , il y a « Nos … ») et l’on finit par s’y perdre et pire encore, on s’y ennuie, surtout que le film aborde aussi la dépression, le suicide, du mal-être … Bref, c’est trop, surtout qu’en petit bonus le tableau est alourdi avec l’un des enfants de Romain Duris qui est malade … Ça fait beaucoup pour une heure et demie de film.

Basile Grunberger, Romain Duris, Lena Girard Voss. Source Allociné

Bref, ceci plus cela, ajouté à une mise en scène qui est à l’image de son scénario, ne sachant où se placer, on a bien du mal à être touché, avec ce portrait d’homme et de père qui essaie tant bien que mal à garder la tête hors de l’eau. Un rôle qui est tenu par un Romain Duris étrangement préfabriqué. Sans être totalement mauvais, on a connu l’acteur bien plus investi dans ce même genre de rôle. Ne serait-ce que cette année, quand il tient ce rôle de père dans « Dans la brume« .

Deux actrices sublimes

Romain Duris, Laetitia Dosch Source Allociné

Heureusement, pour nous divertir, malgré des incohérences, on trouvera les pétillantes Laetitia Dosch et Laure Calamy, qui offrent un peu de lumière dans ce tableau fade et peu attachant.

Je ressors donc très déçu de ce deuxième film signé Guillaume Senez. Long, ennuyant et lourd, « Nos batailles » s’enlise et donne une impression de survoler tous ces sujets. Je ne peux que vous conseiller de vous arrêter sur « Keeper« , son premier film sorti en 2015, et d’attendre patiemment le suivant.

0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x
Read previous post:
Les Lophiiformes, les pêcheuses silencieuses
Les Lophiiformes, les pêcheuses silencieuses

Tout le monde connait les Lophiiformes! Si, si, je vous jure! Les poissons des fonds marins avec une petite lampe...

Close