fbpx
 

Cinéma Humour Séries

What we do in the shadows : le documentaire sanglant

Par Wanda · 23 octobre 2019 · Aucun commentaire

Ecrit par Wanda

Les vampires, ces créatures de la nuit, mystérieuses et sensuelles, au regard ensorceleur… Des créatures capables de dominer d’un simple claquement de doigts tout un quartier de… Limoges. Oui, vous avez bien lu. C’est le cas pour nos colocataires dentus issus du film Vampires en toute intimité, sorti en 2014, et réalisé par les néo-zélandais Jemaine Clement et Taika Waititi, dont fut adaptée la série What we do in the shadows.

On connaît Jemaine Clément pour sa série musicalement loufoque Flight of the Conchords, et coréalisée avec Bret McKenzie et James Bobin. Comment, non, vous ne connaissez pas ? Alors allez jeter un œil par ici, s-il-vous-plaît :

Les vampires de la COGIP

Les dés sont jetés. On sait d’ores et déjà qu’on n’aura pas l’effrayant portrait historique du conte de Dracula. Le film est à l’origine une blague entre les deux réalisateurs qui en ont fait un court-métrage, puis un format long, sous la forme d’un documentaire fictif. La version française vaut carrément son pesant de cacahuètes. Autant la mode actuelle est à la VOSTFR, autant là il serait dommage de se priver de cette merveille de doublage français. Il ne s’agit ni plus ni moins que d’une réécriture et d’une réelle réappropriation du film original par les complètement déglingués du ciboulot Nicolas et Bruno. Si vous ne savez encore une fois toujours pas de qui je parle (mais non, ce n’est pas possible…), alors veuillez jeter un coup d’œil par ici :

Outre les créateurs du Message à Caractère Informatif, on retrouve également les voix de Alexandre Astier, Fred Testot, Bruno Salomone, Julie Ferrier, Zabou Breitman, et Jérémie Elkaïm. Donc, non-seulement le film est drôlatique à s’en faire tomber les canines en VO, mais la VF amène cette plus-value qui nous vaut des dialogues qu’on n’aurait jamais pu imaginer autrement, ou la bonne vieille recette du « Salut, je m’appelle Giiiilles, je travaille à la COGIP et je suis responsable de la programmation ». Quant à l’histoire à proprement parler, disons qu’elle tourne autour du quotidien de ces vampires, de leurs difficultés à évoluer dans le monde actuel sans passer pour des illuminés auprès de la population, et de leur relation compliquée avec leur nouveau colocataire tout foufou : JC.

Une série pleine de gens à moitié bus

On pourrait de ce fait penser que la série What we do in the shadows ne présentera que peu d’intérêt puisque le film a déjà mis la barre super haut. Mais ce n’est absolument pas le cas. Elle met toujours en scène des vampires en colocation et ayant des problèmes de voisinage avec les loups-garous du coin, mais cette fois ce sont des protagonistes différents. De plus, le format série permet à la trame narrative de se développer et de prendre une ampleur complètement déjantée par la même occasion. On y suit quatre vampires : Nandor (Kayvan Novak) est le vampire à l’accent slave et fasciné par les paillettes, accompagné de son serviteur humain Guillermo (Harvey Guillén) qui nourrit l’espoir de devenir un des leurs. Laszlo (Matt Berry, qu’on a également vu dans The IT Crowd) et Nadja (Natasia Demetriou) sont un vieux couple un peu débordé par la routine, et enfin le très soporifique Colin Robinson (Mark Proksch) dont je ne dévoilerai pas ici le pouvoir démoniaque et particulièrement sadique. Ce petit groupe a débarqué il y a plusieurs siècles à Staten Island, dans la banlieue de New York, mais ils auraient, semble-t-il, complètement oublié au fil du temps la raison de leur venue. Là encore, comparablement au film, les vampires sont également en décalage entre le monde qui les entoure et leurs habitudes. Un beau jour (ou plutôt une nuit), le maître des vampires, le baron Afanas (Doug Jones), respecté et craint de tous, va débarquer chez eux pour savoir où en sont-ils de leur plan de conquête du territoire. Et si les quatre colocataires étaient un peu à la ramasse concernant le monde actuel, alors on peut affirmer sans nul doute que le baron Afanas semble avoir vécu dans sa tombe pendant plusieurs siècles sans jamais en sortir. Jusqu’à ce qu’il ait très envie d’aller manger des pizzas. A partir de là, les choses vont sensiblement se corser pour nos petits amis feulants. Une saison 2 est actuellement en préparation, et devrait sortir au printemps 2020.

Entre blagues potaches, humour très noir, et effusion de sang artificiel, la série est un incontournable du genre, tout comme le film du (presque) même nom, et vous feront sans aucun doute mourir de rire, de manière certes différente, mais toujours plaisante.

Lire les articles précédents :
L'hypnose pour maigrir
[Se rendre heureux] Cycle 2 : L’hypnose contre les addictions

Qu'est-ce que l'hypnose thérapeuthique et à quoi ça peut bien vous servir ? Dans un cas pratique, je vous présente...

Fermer