fbpx
 

Animaux Découverte Ecologie Nature Sciences

Il n’a pas sa langue dans sa… bouche

Par David · 25 septembre 2019 · Aucun commentaire

Ecrit par David

Aujourd’hui je vais vous raconter l’histoire d’une relation plus que fusionnelle entre un poisson, le vivaneau rose, et un « pou », le Cymothoa exigua. Vous allez me dire : « Mais les poissons n’ont pas de cheveux, alors pourquoi diable auraient-ils des poux ? ». Je vous répondrai que malheureusement pour ce poisson, ce « pou » ne s’accroche pas à des poils.

Les présentations

Tiré du site : http://gourmetpedia.org

Avant toute chose, faisons connaissance avec nos petits amis. L’un est un poisson, et comme son nom l’indique, de couleur rose, vivant dans l’océan Pacifique et pouvant mesurer jusqu’à 80 cm chez le mâle. Le cymothoa exigua quant à lui est un crustacé parasite de la famille des Cymothoidae (regroupe tous les parasites externes d’animaux aquatiques). De couleur blanche-jaunâtre, il est protégé, comme la majorité des crustacés, par une carapace et mesure environ 3 cm. Il est également connu sous le nom évocateur de « pou mangeur de langue ». Les plus emphatiques d’entre vous s’exclameront : « Pauvre petit poisson, sans langue, comment fait-il pour parler? » Et à cela je vous rassurerai en vous disant que les poissons, de toute façon, ne parlent pas.

Carte d’identité

Provient du site : http://nature-extreme.psyblogs.net

 

Règne Animalia
Embranchement Arthropoda
Sous-embr. Crustacea
Classe Malacostraca
Ordre Isopoda
Famille Cymothoidae
Genre Cymothoa

 

Vivant normalement aux alentours de la Californie, un spécimen a cependant été retrouvé au large des côtes anglaises, ce qui pourrait potentiellement indiquer que son air de répartition est en expansion depuis 2005.

Vampire tu étais, organe tu deviendras

Nous ne savons que peu de choses sur le mode de reproduction de ce pou de mer. Nous savons cependant que leur reproduction est sexuée et que l’espèce est hermaphrodite protandre (un individu est d’abord mâle et devient ensuite femelle). Le petit parasite étant encore à un stade juvénile de sa croissance, se fixe au niveau des branchies du poisson. A ce stade, l’individu est un mâle. Après maturité, l’individu devient femelle. Si elle croise un jeune mâle, la reproduction est possible. Cette dernière va ensuite passer par les branchies du poisson pour aller s’accrocher à la base de la langue. Tel un vampire, elle extrait le sang de la langue du malheureux grâce aux griffes de ses trois premières paires de pattes antérieures. A mesure que ce mini-dracula consomme le sang de son hôte, il gagne en taille et donc en consomme de plus en plus. Ceci implique pour notre poisson que de moins en moins de sang arrive au niveau de sa langue, puisque détourné par le parasite. Ce manque d’irrigation entraîne une atrophie de la langue.

Cymothoa exigua parasitant un poisson-clown. Provient du site : https://www.reddit.com

Sans langue, un poisson ne pourra pas faire grand-chose et il dépérira assez rapidement. Mais heureusement, par « chance » le parasite va se fixer sur les fibres musculaires du moignon de langue restant et va remplacer fonctionnellement l’organe manquant. Le parasite devient alors une prothèse de langue que le poisson peut utiliser à sa guise. Une fois la langue atrophiée, le parasite ne semble plus faire de dégât dans l’organisme de son hôte. De plus, il semble que la majorité des espèces de parasites se mettent à se nourrir du mucus du poisson, ou dans certains cas prélèvent un peu de la nourriture ingérée par le vivaneau. Les deux inséparables finiront leur vie ensemble, lorsque l’un périra, l’autre ne pourra plus survivre et le suivra quelques temps après.

0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x
Read previous post:
Photo by NASA on Unsplash
L’univers : du Big Bang à l’Expansion (Partie 2)

Dans la première partie, nous avions vu que l'expansion de l'univers avait été possible suite à la publication d'Einstein sur...

Close