fbpx
 

Cinéma Culture Littérature

Le Dark Side d’Hollywood, la grâce de Marilyn

Par Marie · 12 février 2018 · Aucun commentaire

Source: M.Greene, Marilyn inédite, Flammarion 2017

Ecrit par Marie

En 1954, Marilyn Monroe est déjà une grande actrice et la coqueluche d’Hollywood: elle a 28 ans. Elle est jeune encore et pourtant sa vie est déjà une grande aventure. Elle décide de la raconter. Durant plusieurs mois, à l’aide d’un ami scénariste et écrivain, Ben Hecht, elle se livre sur des pages qu’elle confie à son ami, le photographe Milton Greene. Ses « confessions » ne seront jamais terminées.

Couverture du livre de M Monroe

Source: M.Monroe, Confession inachevée, Robert Laffont, 2011

Cinquante ans après sa mort, Marilyn Monroe continue de hanter le cinéma et les bacs des libraires. Les livres fleurissent à son sujet, se déclinant en romans, biographies, recueils de photos… Tout ceci alimente et enrichi le mythe MM, chacun y allant de sa petite hypothèse, de son analyse, pour expliquer un mystère qui continue à passionner le public : qui était cette jeune femme ? D’où lui venait son incroyable pouvoir de séduction ? Pourquoi n’était-elle pas heureuse ? Et surtout, s’est elle suicidée ?

Marilyn à la plume

Marilyn Monroe est peut-être l’actrice la plus célèbre et célébrée d’Hollywood. Sa légende, forgée de son vivant, n’a fait que grandir après sa mort tragique et précoce. Cependant, on a pendant longtemps ignoré qui elle était vraiment, négligeant de regarder derrière son image de sex-symbol et les rôles de femme séductrice et superficielle qui lui ont, trop souvent, été confiés. Sa sensibilité, sa fragilité et sa profonde intelligence sont restés dans l’ombre de sa célébrité.

Cependant, depuis quelques années, les ouvrages publiés sur Marilyn Monroe offrent un nouveau regard sur l’actrice.

Sa Confession Inachevée, est peut-être le plus bel exemple de cette nouvelle fenêtre ouverte sur la véritable personnalité de la jeune femme. Il s’agit en effet d’une tentative d’autobiographie, entreprise par Marilyn elle-même, en 1954 avec l’aide de Ben Hecht un des plus célèbre scénariste d’Hollywood à l’époque.

L’actrice a alors 28 ans. Riche de ces premiers grands succès, et d’une vingtaine de film à son actif, elle est devenue familière de la machine Hollywoodienne et de ces rouages grippés cachés par le lustre et le glamour de son star system.

Dans l’intimité de Marilyn

L’actrice se livre, racontant en finesse son enfance difficile, sa mère internée, ses va et viens entre différentes familles d’accueil, son mariage précoce pour échapper à cette vie qui déjà la ronge. Elle reviens ensuite sur ses débuts d’actrice, évoque la pauvreté et la faim qui n’effacent pas le rêve de devenir un jour tête d’affiche. Lorsque la réussite frappe enfin à la porte, elle découvre la célébrité et la richesse, mais aussi la face cachée d’une industrie gangrenée par la superficialité où elle ne trouve pas sa place.

Marilyn abandonne ce projet et, quelques années avant sa mort, confie son manuscrit à son ami Milton Greene, un célèbre photographe américain.

Un nouveau livre sur Marilyn, quoi de neuf là-dedans ?

Marilyn Monroe and her friend and photograph, Milton Greene

Source: M Grenne, Marilyn Inédite, Flammarion 2017

En 1974, Milton Greene décide de publier le manuscrit que lui avait confié son amie et sa muse, Marilyn Monroe. Ce faisant, il offrait pour la première fois au public la voix mal-connue d’une femme incroyablement touchante qui se livre jusqu’au plus intime. Épuisé depuis des années en France, ce livre est republié depuis 2011 chez Robert Laffont, dans une belle édition alliant les confessions de Marilyn à de magnifiques photos prises par Milton Greene.

Confession inachevée, est cependant plus qu’un énième livre sur Marilyn Monroe. On y découvre une jeune femme un peu perdue, un peu naïve, assez malheureuse et néanmoins d’une finesse et d’une clairvoyance trop souvent occultée. Lassée des potins et des ragots colportés à son sujet, Marilyn décide de se présenter elle même. Elle nous raconte sa vie, surtout sa vie d’avant, celle de Norma Jean, une petite orpheline en mal d’affection qui cherche avant tout à exister aux yeux des autres, et ses début dans l’industrie du cinéma, années de galères d’humiliations et de désespoir.

Il y a peu, Fragmentsrecueil de poèmes, lettres et écrits intimes de l’actrice- nous dévoilait déjà une part de cette Marilyn mal connue, jeune femme dépressive, solitaires et consciente de son constant décalage avec ceux qui l’entourent. Sa Confession inachevée, moins noire rajoute une dimension plus lumineuse à cette image qui se dévoile : celle d’une jeune femme pleine de finesse et d’humour, ironique et lucide, qui sait relever et évoquer sans fioriture les détails cocasses d’une vie mouvementée.

Photo de M Monroe par Milton GreeneMarilyn par Milton Greene

Source: M. Greene, Marilyn inédite, Flammarion 2017

Une nouvelle image, loin des strass et du glamour

Au fil des anecdotes, une image se dessine, et l’on croit presque y entendre la voix de l’actrice : des phrases simples, un style enfantin et spontané. Sans pitié pour elle-même, lucide sur ses défauts, Marilyn ne cherche pas à se justifier : elle explique, tout, simplement. Elle décortique les accusations, les fausses impressions : ses rapports mouvementés avec les hommes mais aussi et surtout avec les femmes. Ce regard sans pitié laisse deviner le désespoir de l’actrice face à elle-même, au milieu dans lequel elle évolue et à son incapacité à y être heureuse. La fin est presque annoncée et quelques mots, écrits de sa main, sonnent même comme une prophétie :

« Je regagnai ma chambre au volant de ma voiture. Oui, il y avait quelque chose de spécial chez moi, et je savais ce que c’était. J’étais le genre de fille qu’on retrouve morte dans une chambre minable, un flacon de somnifères vide à la main. »

Et en filigrane de son histoire c’est tout le milieu de la grande industrie du cinéma hollywoodien qui se met en branle, décors sombres et peu glorieux : stars jalouses, dragueurs maladroits et paumés, soirées chics à mourir d’ennui… Marilyn pose sur le milieu dont elle fait partie un regard dur et désabusé, démystifiant ainsi un monde froid et dur où Norma Jean peine à trouver ce qu’elle y avait tant cherché.

Interview Marilyn Monroe: « Do I feel Happy in life? » Rare Marilyn 1960 Audio interview for Marie Claire magazine

Bibliographie

0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x
Read previous post:
V pour Vendetta : Les idées de James McTeigue à l’épreuve des balles

L'audacieux premier film de James McTeigue "V pour Vendetta" est un film critique. Avec Nathalie Portman et Hugo Weaving, sorti en...

Close