fbpx
 

Humain et autres animaux Cinéma Culture Culture Geek

La forme de l’eau : une pluie d’Oscars méritée pour la dernière fable de Guillermo Del Toro

Par Teddy · 16 mars 2018 · Aucun commentaire

Source : Allociné

Ecrit par Teddy

Thématique du mois : Humain et autres animaux

La relation entre l'être humain et les autres espèces animales continue encore d'évoluer. Quelles sont leur place dans nos lois, nos traditions, notre imaginaire, notre société ?

La forme de l’eau, le dernier film sorti le 21 février 2018 de Guillermo Del Toro, a reçu une pluie d’Oscars plus que méritée. Le réalisateur nous offre un conte amoureux, fable entre hommage et fantastique, interprété magistralement par Sally Hawkins.

Après presque trente ans, Maestro Del Doro conquiert le monde !!!

Source Allociné

Réalisateur à l’univers très singulier, Guillermo Del Toro s’est peu à peu imposé, comme une référence a lui seul. Il faut dire que le bonhomme a un talent énorme et que tout ce qu’il touche a tendance à se transformer en or et pour nous autres cinéphiles, en fantasme de cinéma absolue. Que ce soit pour des projets plus intimistes, comme son chef d’œuvre qu’est « Le labyrinthe de Pan » ou encore « Crimson Peak« ,  » L’Échine du Diable » ou des projets bien plus commerciaux, « Blade 2« , « Pacific Rim« , ou encore ses deux  » Hellboy« (putain à quand le troisième !!!! Tristesse !!!!!), Guillermo Del Toro a toujours su nous faire rêver, nous faire vibrer, bref, nous passionner.

Dixième film de sa carrière, et alors qu’on l’attendait sur la suite de « Pacific Rim« , Guillermo Del Toro nous revient cette année avec « La forme de l’eau« , un conte fantastique, doublé d’un film incroyable.

Bijou de narration, aussi bien un drame « humain » magnifique, qu’un thriller fantastique, et surtout une parfaite histoire d’amour, comme on en avait toujours rêvé de la part de Guillermo del Toro sans même le savoir, « La forme de l’eau » est magie. Guillermo Del Toro nous transporte encore une fois dans cet univers qui est le sien et nous retient, nous émeut. On n’a pas envie pas de quitter cette « forme de l’eau » dans laquelle on ne rêve aujourd’hui que d’y replonger. Bref, si en ce début d’année, on trouve pas mal de coup de cœur, « La forme de l’eau« , est de ces films rares qui sont des coups d’amour instantanés.

Un conte plein d’humanisme et de fantastique (dans tous les sens du terme) …

Amérique les années 50. Elisa est une femme solitaire qui travaille comme femme de ménage dans une agence du gouvernement. Un jour, elle découvre, derrière l’une des portes des salles qu’elle nettoie, une créature magnifique capturée par le gouvernement. Une créature que tout le monde ou presque voit comme un monstre et surtout une expérience de laquelle on peut tirer le plus d’informations. Elisa, elle, voit une créature sublime, terriblement seule, qui finalement lui ressemble. Une créature qu’il faut sauver.

L’un des plus grands films fantastiques sorti ces dernières années, doublé d’une fable sublime, Tolérante et audacieuse

Source Allociné

Sur fond de guerre froide, voici que le grand Guillermo Del Toro nous livre une histoire d’amour inattendue. Après l’horreur, les films d’acteurs à la sauce kaijūs japonais, les thrillers, les vampires, le cinéma fantastique, les drames, les guerres d’Espagne revues et décalées pour le maître mexicain, il ne lui manquait plus qu’une histoire d’amour. Et de toute évidence, quand Del Toro se lance dans une histoire d’amour d’amour, elle sera osée, inédite et poétique.

Parfaitement dans la lignée de son sublime « Le labyrinthe de Pan« , « La forme de l’eau » est un film d’une très grande richesse. Que ce soit dans ce qu’il raconte ou comment il le raconte, « La forme de l’eau » transpire le cinéma et l’amour de tous les côtés.

Source Allociné

Doté d’un scénario au fil rouge évidant, mais pas si simple que cela, Guillermo Del Toro a travers cette magnifique histoire, abordera tout un tas de sujets et livrera une lettre à l’amour, aux différences, à la compréhension et à la femme. Avec cette histoire qui rassemble deux êtres que tout séparait, le cinéaste m’a totalement transpercé. Sa « forme de l’eau » est belle, poétique, magique, parfois dure, d’autres fois décalée, voire fantasmée, et elle se conclut parfaitement, laissant libre chacun d’en conclure ce qu’il en a envie.

Des sujets de fonds dans une sublime forme

« La forme de l’eau« , c’est aussi derrière cette histoire d’amour et fantastique, un film plus riche encore, qui prend le temps aussi d’évoquer certains sujets qui donnent du fond à l’univers ou certains personnages. Ainsi, son réalisateur abordera la ségrégation et l’homosexualité. Et dans des tons plus légers, il nous transmettra tout son amour pour le cinéma et plus précisément celui des comédies musicales, dont son héroïne et son confident, sont fans.

« La forme de l’eau » m’a donc transpercé, de par ce qu’il m’a raconté, mais le film aura fait bien plus que ça, puisqu’il m’a aussi fait rêver par la manière dont il m’a raconté son histoire. Sa mise en scène est majestueuse, inspirée. Elle tient une multitude de plans et de séquences toutes plus sublimes les uns que les autres. La photographie est à tomber, pleine de couleurs, de nuances, de subtilités, tirant et offrant de la beauté, là où il n’est pas censé en avoir.

Puis il ne faudrait pas oublier la superbe BO signée Alexandre Desplat qui nous offre l’une de ses plus belles partitions, quelque part entre romance, horreur et fantastique.

Source Allociné

Sally Hawkins nous laisse sans voix

Enfin, cette si belle « forme de l’eau« , c’est bien entendu, Sally Hawkins, bouleversante dans le rôle d’une femme solitaire, d’autant plus parce qu’elle est muette, qui va se redécouvrir et tomber sous le charme d’un Doug Jones magique, qui incarne la plus belle des créatures. Beaux et plein de sensibilités, leur couple étrange et leur malheureuse aventure m’ont tenu en magie, en haleine et en émotion.

La très bonne surprise de Guillermo Del Toro

Source Allociné

Il y a des films comme ça, qu’on attend avec un peu trop d’impatience. Une impatience qui nous emporte bien souvent sur des déceptions et « La forme de l’eau » ne fait clairement pas partie de ceux-là. Romantique, et à la fois tendu, cette histoire d’amour sur fond de film fantastique, de guerre froide et de plaidoyer sur la différence et le regard de l’autre, fut un très beau et très grand moment de cinéma. On savait Guillermo Del Toro grand et avec ce film, on le redécouvre encore plus grand. Bref, « La forme de l’eau« , m’a bouleversé, émerveillé, agacé, et surtout tenu en magie. Une magie, dont je n’avais absolument pas envie qu’elle s’arrête et pour me consoler, je dirais, que je vais très vite m’y replonger.

Aller plus loin

La forme de l’eau de Guillermo Del Toro, en ce moment au cinéma.

0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x
Read previous post:
De Walter Mitty à Erin Brockovich : 5 films qui motivent - Joy avec Jennifer Lawrence et Robert de Niro
De Walter Mitty à Erin Brockovich : 5 films qui motivent

Quand on a besoin d'un coup de peps, rien de tel qu'un bon film qui donne envie de réaliser ses...

Close