fbpx
 

Cinéma

Retour de flamme, un premier film plein de classe pour ce drame argentin

Par Teddy · 7 mai 2019 · Aucun commentaire

© Filmax Retour de flamme

Ecrit par Teddy

Pour son premier film, Retour de flamme, Juan Vera nous promets beaucoup de questionnements sur l’amour. Une sortie cinéma qui présente sans doute le meilleur couple de l’année 2019.

Juan Vera, le producteur argentin qui se glisse derrière la caméra

Totalement inconnu chez nous, Juan Vera, dont Retour de flamme est le premier film, est loin de l’être en Argentine. Producteur depuis presque une trentaine d’années, Juan Vera a participé à une sorte d’émergence du cinéma Argentin. Il se fait remarquer avec « Le fils de la mariée » qui connaît un vif succès et ira même jusqu’aux Oscars. S’en suivront des films comme « Les neuf reines », « Carancho », « Elephanto blanco » ou « Mamá se fue de viaje ». Ce dernier a connu un très gros succès dans son pays mais demeure encore inédit chez nous.

De fil en aiguille, Juan Vera ajoutera plusieurs cordes à son arc. Un peu d’acting et de la production de show, produisant des « High school musical ». Il passe enfin par la case réalisation avec ce premier film Retour de flamme. Il réunit une fois encore ni plus ni moins que deux des plus grands acteurs argentin, Mercedes Morán et Ricardo Darín, dans un joli drame romantique sur le couple.

Un drame plein de promesses

Vendu comme une comédie dramatique, Retour de flamme tire plus vers le drame. C’est avec beaucoup de plaisir qu’on se prend d’affection pour ses deux personnages qui vont être l’un des plus beaux couples de cinéma de cette année 2019. Bourré de tendresses et de justesse, Retour de flamme a bien les petits défauts d’une première œuvre. Mais il a aussi et surtout des qualités indéniables et une envie de cinéma remarquable. On ressort de ces deux heures et quart conquis, le sourire aux lèvres, avec la curiosité de découvrir de prochains films de Juan Vera.

Un retour à la liberté qui laisse un goût amer

Marcos et Ana, la cinquantaine tous les deux, sont mariés depuis déjà vingt-cinq ans. Leur couple est beau et solide, transporté par un amour véritable. Pourtant, après le départ de leur fils de la maison, d’un commun accord, le couple se sépare. Pendant quelques années, chacun d’eux va tenter de refaire sa vie, avec un maître-mot : la liberté de pouvoir tout faire. Mais le célibat va très vite devenir un cauchemar …

La critique ami-ami…

Pour un premier passage derrière la caméra, on peut dire que le réalisateur s’en sort très bien. Osant le drame romantique, teinté de comédie, Retour de flamme est un film qui va être avant tout bourré de charme.

Ce qui est très beau dans ce premier film, c’est l’envie indéniable de son réalisateur de nous présenter un couple sublime, comme on en voit rarement. Un couple qui, même quand il se sépare, il le fait avec classe, amour et respect. Un reproche à faire au film est d’être trop long et d’avoir son ventre mou. Clairement, deux heures et quart, c’est trop ! L’œuvre aurait gagné à être plus court, ce qui lui aurait sûrement fait gagné en intensité. Malgré cela, Juan Vera arrive en permanence à rendre son film intéressant. À tout instant, même s’il y a ces petits coups de mou et nous avons la sensation que certaines scènes sont étirées, le film demeure beau et émouvant. En tout temps, Juan Vera nous donne l’envie de ces retrouvailles que le titre annonce si bien.

L’alchimie des acteurs qui sert un couple à la perfection

A travers ce scénario, Juan Vera en profite pour aborder de jolis thèmes comme la vie et le désir après cinquante ans. Il nous offre un magnifique portrait de femme toute en féminité. Il n’oublie pas non plus un portrait masculin tout aussi intéressant. Retour de flamme, c’est aussi une belle et profonde analyse du couple, la routine, les fissures du temps et surtout l’amour. Qu’est-ce que l’amour ? Comment évolue-t-il au sein d’un couple ? Le sentiment amoureux s’efface pour se transformer en autre chose. Mais qu’est ce que cette autre chose ? Que signifie-t-elle ? Faut-il être amoureux pour être en couple ? Peut-on se satisfaire de l’amour ? Bref, Juan Vera analyse en profondeur ce sentiment. Il va parfois chercher dans la comédie, parfois dans le drame, ou encore un mélange des deux.

Ce sentiment amoureux, comme je le disais plus haut, est transporté, par deux des meilleurs acteurs d’Argentine, Ricardo Darín, et Mercedes Morán, qui ici, dégagent une alchimie folle, un charme incroyable, une évidence certaine. Le premier est connu de tous tant, sa carrière est prodigieuse et il démontre encore une fois l’étendue de son talent trouvant un rôle taillé sur-mesure. La deuxième est moins connue chez nous, on a pu la voir dans le « Carnet de voyage » de Walter Salles, mais c’est surtout dans le très bon « Neruda » de Pablo Larraín, que son nom nous est resté en tête, et quel plaisir de la revoir à l’écran, dans ce qui restera comme l’un de ses plus beaux rôles.

Retour de flamme

© Filmax
Retour de flamme

Un nouveau film plein de romance

Ce premier film de Juan Vera est certes un poil trop longuet. Le réalisateur a trop voulu en mettre, s’attardant encore et encore à étoffer ses personnages et ses sujets. Malgré ça, il en ressort, un drame poignant et beau. Un drame teinté de comédie qui fait du bien. Dessiné en trois actes, tous aussi essentiels à l’intrigue les uns que les autres, on quitte la salle conquis, touché, avec une envie peut-être, celle de retomber amoureux. Bref, une jolie réussite et évidemment, un film à découvrir. Même si, on le sait d’avance, Retour de flamme n’aura sûrement pas la diffusion qu’il mérite.

Aller plus loin

Retour de flamme sort le 8 mai 2019 au cinéma

0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x
Read previous post:
Les crevettes pailletées
Les crevettes pailletées, le feel good movie inattendu

La grande sortie cinéma française de la semaine qui arrive, c’est Les crevettes pailletées, de Maxime Govare. Mathias Le Goff...

Close