fbpx
 

Culture Séries

Au service de la France – Une série double tamponnée

Par Julien · 25 décembre 2019 · Aucun commentaire

Gerboise verte sur sa 2CV (Mandarin Télévision)

Ecrit par Julien

Vous connaissez OSS117 mais, même si vous appréciez les situations, les dialogues et le ton légèrement satirique, vous trouvez Hubert Bonisseur de La Bath envahissant.
Dans ce cas, enfilez votre plus beau costume (mais de grâce, pas un complet bleu) et sortez votre formulaire B54 dûment tamponné pour accéder aux coulisses des meilleurs services secrets du monde au travers de 24 épisodes palpitants.

« L’Algérie c’est la France ! »

Nous sommes en 1960. La France a gagné la Seconde Guerre Mondiale et est une grande puissance mondiale.
C’est au travers du parcours d’André Merlaux, 23 ans, stagiaire recruté par les services secrets français que nous découvrons le monde du renseignement. Idéaliste, perspicace mais influençable, il sera formé par l’Élite des agents de terrain : Jacquard (zone Algérie), Moulinier (zone Afrique) et Calot (zone Bloc de l’Est).

Cette fine équipe est dirigée par le sous-directeur « Moïse ». Sévère et attaché à la procédure, il saura se montrer bienveillant vis à vis à Merlaux et reconnaître ses mérites.

Le service est mené à la baguette par « le Colonel », héros de la résistance très insistant quant à la grandeur de la France et du Général (de Gaule).

« Dans un contexte terroriste, il faut considérer une femme comme un individu »

Cela fait maintenant 15 ans que la France a octroyé le droit de vote aux femmes. Il est donc normal que la France leur accorde une place importante.

Dans et univers très masculin trois profils féminins très contrastés se détachent.
L’agent Clayborne, irrésistible et infaillible.  Elle incarne une version féminine de James Bond et est sans doute le seul agent de terrain réellement efficace.
Marie-Jo l’une des secrétaires du service, est l’archétype de la femme qui travaille par nécessité plutôt que par envie. Attentionnée et appréciée de tous, elle a tendance à être sous-estimée.
Enfin Sophie, jeune tailleuse qui permettra enfin à Merlaux d’avoir des tenues décentes. Élevée dans une famille bourgeoise très conservatrice, elle cherche à être une femme moderne.

La réalisation fait régulièrement ressortir la misogynie quotidienne des années 60. Cet état des lieux reste très contemporain.

Les forces vives du renseignement français (Arte / Mandarin télévision)

« Il est 17h40 passé, vous savez que les stagiaires sont exclus du régime d’heures supplémentaires ? »

Qu’on ne s’y trompe pas, malgré de nombreux aller-retour dans leurs zones pour défendre les intérêts de la France, nos agents d’élite sont avant tout des employés de bureau.
Ils sont avant tout préoccupés par leurs primes, notes de frais et surtout les pots. Leur compréhension de la géopolitique est des plus aléatoires et semble peu les intéresser.
Calot est l’exception notable, mais ses constantes hésitations et sa paranoïa le décrédibilise.

Merlaux avec son enthousiasme et son regard neuf se montrera d’une surprenante efficacité. Il aura par exemple  l’idée, saugrenue d’après Moïse, de recouper les information entre les zones.
Il découvrira surtout que servir la France nécessite rigueur et esprit de sacrifice.
Mais qu’est-ce qu’un sacrifice pour la France, elle qui lui a tant donné ?

« Mission non tamponnée, mission ratée ! »

Les tampons, armes indispensables à la défense de la France (Arte / Mandarin télévision)

Et qui dit grosse structure, dit procédure. On touche ici à l’élément central du service et donc de la France :

A chaque étape, à chaque décision, il y a un formulaire. Et à chaque formulaire, il y a un tampon.

C’est la procédure qui dit s’il y a pot. C’est la procédure qui décrit l’organisation de la cérémonie de promotion d’une secrétaire. C’est la procédure qui spécifie s’il y a une collecte ou pas. Celle-ci sera effectuée avec la corbeille réglementaire, récupérée via un formulaire idoine au département fournitures.

Qu’un formulaire de remise de fourniture ne soit pas tamponné et La France est en danger !

« Comment peut-on être ami avec les Allemands ? En paix je veux bien, mais ami ? »

La série met en scène de nombreux éléments historiques (traque des nazis, Guerre Froide, Gerboise bleue, décolonisation, indépendance de l’Algérie) de façon souvent absurde. Les agents semblent systématiquement passer à côté des causes et conséquences de ces événements alors qu’ils en provoquent une partie.

L’administration de Gaule en prend pour son grade entre l’illusion d’une France tout puissante, victorieuse en 45 (leurs amis américains ont certes apporté leur contribution) et l’immobilisme ambiant qui lui est imputé.

Si les premiers épisodes s’enchaînent sans réel lien scénaristique, un fil rouge apparaîtra en milieu de saison avec la révélation (pour le spectateur) du passé vichyste d’un membre du service. Ce fil rouge tiendra jusqu’à la fin de la seconde saison et permettra de découvrir certains personnages sous un jour inattendu.

« Il y a pot ! »

Créée par  Jean-François Halin, le scénaristes d’OSS 117, Au Service de la France en garde le meilleur (dialogue, situation, parodie des films d’espionnage) pour des d’épisodes d’une vingtaine de minutes nettement plus digestes que les films qui l’ont précédée.

La réalisation est minimaliste, mais se montre efficace et dynamique.
La justesse des acteurs, les rebondissements et l’évolution des personnages parviennent à capter l’attention sans effort durant les 24 épisodes.

Si ce sont avant tout les années 60 qui sont mises à mal, la satire nous renvoie à notre propre arrogance d’européen moyen.
Nos trois agents de terrain, autoproclamés les meilleurs du monde sont étrangement attachants malgré leurs défauts. Ils sont sincères mais inconséquents, plus que foncièrement malveillant. Sans doute parce que sans être excusables, ils sont avant tout le reflet d’une époque et d’une culture. Peut-être aussi parce qu’ils sont en partie à notre image.

Quant aux excès de procédures, je ne peux m’empêcher de faire le parallèle avec des situations, à peine moins absurdes, que j’ai pu vivre en entreprise.

Au Service de la France est une excellente parodie d’espionnage, alliant une auto-dérision peu courante dans la production française à une critique du monde des années 2010 qui frappe juste.
Module validé.

Pour aller plus loin

 

Au service de la France, série co-produite par Arte et Mandarin Télévision
DVD disponible sur Amazon
Disponible sur Netflix ou en VOD sur le site d’Arte

 

Passez le Tset pour intégrer le meilleur service secret du monde.

 

Interviews du scénariste et du réalisateurs à l’occasion de la sortie de la saison 2 (spoils potentiels)

 

Fiche technique

 

  • Création : Jean-François Halin
  • Réalisation : Alexandre Courtès (saison 1), Alexis Charrier (saison 2)
  • Scénario : Jean-François Halin, Claire Lemaréchal et Jean-André Yerlès
  • Musique : Nicolas Godin
  • Décors : Eddy Penot (saison 1), Hubert Pouille (saison 2)
  • Costumes : Élise Bouquet et Reem Kuzayli
  • Photographie : Pascal Rabaud
  • Montage : Bruno Tracq, Nicolas Larrouquere et Delphine Genest
  • Production : Gilles de Verdière
  • Sociétés de production : Mandarin Télévision et Arte France, avec la participation de TV5 Monde
  • Sociétés de distribution :
  • Pays d’origine : France
  • Langue originale : français
  • Format : 16/9 – couleur
  • Genre : comédie, espionnage
  • Durée : 312 minutes (12 x 26 minutes)
0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x
Read previous post:
Les statistiques qui montrent qu’il ne faut pas avoir peur des requins

Un très grand nombre de personnes ont une peur bleue des requins sans même en avoir déjà vu un. Cela...

Close